Réussir son métier de consultant indépendant !

De nombreux cadres décident, pour diverses raisons, de se mettre à leur compte en tant que consultant ou conseiller indépendant après avoir passé plusieurs années au sein d’une entreprise. Néanmoins cette décision, si importante et cruciale pour l’avenir professionnel du consultant, comporte des challenges très spécifiques qui peuvent, s’ils ne sont pas compris, provoquer l’échec de cette transition professionnelle malgré une expertise reconnue.

bb10d740-86ee-483e-a305-f9c43b61d2c4

Identifier et comprendre l’impact de ces risques est le premier pas vers le succès. Nous évoquerons dans cet article les différents challenges auxquels tout consultant est confronté de façon quotidienne et les meilleurs moyens de les surmonter.

1/ Proposer le prix adéquat pour vos prestations
Pour bien démarrer son activité de consultant indépendant, il faut réussir à attirer la clientèle par des tarifs avantageux sans dégrader son image. Pour évaluer une fourchette raisonnable de prix vous pouvez commencer par faire un tour d’horizon du marché et repérer les tarifs des concurrents indépendants et gros cabinets. Evaluer par la suite votre positionnement par rapport aux autres en répondant aux questions suivantes : votre spécialité est-elle spécialement demandée ? Votre expertise est-elle réputée ? Opérez-vous en province ou à Paris ?…..Ainsi vous pouvez éviter de mal évaluer vos tarifs.

2/ Éviter de se laisser déborder par le temps de la mission
Un consultant en mission doit se ménager toujours des marges de manœuvres pour éviter la pression du temps. Il est important de prendre une bonne marge de sécurité sur vos délais. Dans ce contexte Pierre-Michel do Marcolino, consultant depuis 9 ans et auteur de « Les meilleures pratique du consultant » confirme « si je pense avoir besoin de deux mois, j’essaye de vendre quatre mois. Mon objectif est de ne jamais travailler en flux tendu car dans ce métier il y a toujours des impondérables »

3/ Continuer à prospecter même en mission
La prospection commerciale est une partie importante du travail du consultant indépendant. Alors même en mission, il est important de préparer l’avenir. Pierre-Michel do Marcolino se refuse à être absent du bureau plus de 4 jours par semaine, ainsi il garde une journée entière dédiée à la prospection et autres.

4/ Utiliser votre réseau
Pour réussir en tant que consultant ou freelance, vous remarquerez bien vite que c’est votre réseau (vos contacts, vos anciens clients….) qui vous permet de générer la majeure partie de votre business. « Le carnet d’adresse est incontournable confirme Pierre-Michel do Marcolino. Lors de mes cinq premières années de métier, je n’ai eu que des clients que je connaissais déjà plus au moins avant » Compter d’autres consultants n’est pas négligeable non plus : ils pourront penser à vous le jour où ils ne pourront par faire face à une demande.

5/ Ne jamais acceptez des objectifs irréalistes
Face à un client exigent qui demande une prestation réalisable mais dans un délai serré, il ne faut jamais lui promettre la réalisation. Car si vous vous révélez incapable d’assurer la mission dans les délais convenus, vous risquez de ternir sérieusement à votre image.

6/ Souscrire une assurance en responsabilité civile
Il est fortement souhaitable de souscrire une assurance en responsabilité civile professionnelle. Elle vous couvrrera contre les dommages que vous pourriez causer dans le cadre de votre activité. Sachez que certaines entreprises l’exigent de leurs prestataires.

7/ Débuter avec des réserves financières
Pour se lancer dans l’indépendance, il faut des compétences, du courage, de la persévérance mais aussi quelques réserves financières. Pierre-Michel do Marcolino confirme qu’il est indispensable d’avoir un apport financier nécessaire à son activité car pendant un an, on ne gagne pas assez d’argent pour développer son activité et se payer. Il trouve aussi que disposer de ressources financières peut vous permettre d’afficher votre solidité envers vos prospects.

8/ Tester son idée avant de se lancer
Commencer à prospecter bien avant de se lancer est un bon moyen de tester la réponse du marché à son activité. Pierre-Michel do Marcolino estime dans ce contexte qu’un an de préparation permet au consultant de bien débuter sa carrière d’indépendant.
En somme, nous pouvons constater que l’activité de consultant indépendant nécessite beaucoup plus de travail, de courage et de l’audace que l’on croyait. On est propre maître de son activité, de son temps et de sa clientèle, chose qui nous pousse à travailler davantage et à être toujours prudent. Néanmoins, un consultant indépendant peut faire appel à une société de portage salarial qui pourra le décharger de certaines tâches accablantes qui lui font perdre du temps.

Umalis, le leader du portage salarial en France et à l’échelle internationale est à votre service là ou que vous soyez. Elle vous assurera un accompagnent personnalisé et un suivi régulier de votre activité pour vous permettre de mieux escalader l’échelle de la réussite professionnelle. Ne tardez pas à nous contacter !