La formation professionnelle, est-ce réellement l’initiative idoine de lutte contre le chômage ?

Parties politiques et entrepreneurs ont réagi au plan d’action annoncé par le président François HOLLANDE pour la lutte contre le chômage .Ils sont presque tous unanimes à contester ces mesures, estimant qu’elles sont inefficaces et qu’elles ne contribueront même pas à l’atténuation du chômage qui sévit en France avec une tendance à la hausse.
Dans le cadre d’un sondage d’opinion entrepris auprès de certains entrepreneurs, la chaine BFM Business a interviewé Christian PERSON le PDG d’Umalis Group dans les locaux de son entreprise.
Avant de devenir entrepreneur à la tête d’un groupe de 160 salariés Christian PERSON a lui-même connu le chômage, et il a été confronté à la formation professionnelle et le plus dur pour lui était de trouver la bonne formation au bon moment. Selon lui une formation professionnelle efficace devrait être ciblée et orientée vers un objectif concordant avec les intérêts stratégiques de l’entreprise.
Actuellement, Umalis, la société de portage salarial que préside monsieur Person, travaille régulièrement avec le pôle emploi. Etant une agence de nature publique, le rôle du pôle de l’emploi doit, selon Christian Person, porter sur la coordination entre les gens et non pas la création d’offres d’emploi, une mission qui revient essentiellement aux chefs des entreprises.
Interrogé sur sa position par rapport à la somme d’argent estimée à un milliard d’euro, allouée à la formation professionnelle en 2016, Christian Person, conteste fortement cette décision précisant qu’il trouve ce plan politique de l’emploi trop verticale et imposé à tous les acteurs, chose qui ne concorde généralement pas avec les demandes du marché du travail ni avec offres qui pullulent.
Christian Person estime qu’« il faudrait faire le chemin inverse, partir des réalités et en déduire parfois les besoins que se soit au niveau d’une région ou d’un département même ».
Parmi les reproches constatées par monsieur Person concernant ce plan de formation professionnel, cet entrepreneur autodidacte et pragmatique indique que ce plan sera confronté à un problème d’élitisme, puisque ces formations seront beaucoup plus facilement accessibles aux cadres qu’aux gens les moins qualifiés.
Par la même occasion, une interview a été accordée à Julien BILLION, directeur d’Umalis Lab, l’unité spécialisée dans les questions d’emploi en France et à l’étranger. Ayant suivi une formation en « droit du contrat » au sein d’Umalis, Julien Billion conclue que les formations professionnelles sont intéressantes, voire même indispensables à condition qu’elles soient ciblées et bien sélectionnées sinon c’est la « jungle», selon ses dits.