Portage salarial : zizanie chez les patrons

Par Jean Michel Gradt | 11/06 | 13:07 | mis à jour à 15:29

L’accord paritaire du 24 juin 2010 exclut du portage salarial les non-cadres affirme Guillaume Cairou qui préside de la Fédération Européenne du Portage Salarial (FEPS). Le syndicat patronal historique, les Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial (PEPS), revendique au contraire son soutien à l’accord.

La Feps s’insurge contre l’arrêté du 24 mai qui acte le nouveau régime du portage salarial

La Feps s’insurge contre l’arrêté du 24 mai qui acte le nouveau régime du portage salarial

Le front patronal du portage salarial est désuni. Exemple : « En excluant du portage salarial les non-cadres, le gouvernement annonce un vaste plan social de 30.000 personnes », s’insurge mardi Guillaume Cairou, fondateur du groupe Didaxis, qui se dit n°1 du portage salarial en France et président de la Fédération Européenne du Portage Salarial (FEPS). «  En limitant ce champ d’application, cet accord exclut de fait plus de 54 % des portés actuellement en activité. À terme, cela pourrait limiter à 50.000 le nombre des professionnels créant leur activité en portage au lieu d’un potentiel estimé à 600;000 », estime la Feps dans un communiqué publié mardi.

« Faux », rétorque-t-on les Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial (PEPS) _ organisme patronal né du rapprochement de deux organismes professionnels, le SNEPS et la FeNPS _ qui représente 83 sociétés de portage salarial dans l’Hexagone. « Non seulement Didaxis est plutôt le n°4 ou le N°5 du portage salarial en France mais la Feps n’a quasiment pas d’adhérent. La semaine dernière encore, Guillaume Cairou, qui a été exclu de la Peps, saluait la décision du ministre… », déclare aux Echos un porte-parle de la PEPS.

Prochaine étape, une convention collective

De quoi s’agit-il ? Entamées en 2008, les discussions sur le portage salarial ont duré deux ans, pendant lesquels les syndicats ont maintenu un front uni face à un patronat divisé . En juin 2010, un accord a enfin été trouvé et un arrêté du 24 mai publié le 8 juin qui rend cet accord effectif (voir l’arrêté ci-dessous).

Sur son site internet, la PEPS salue cet l’accord « C’est une grande nouvelle très attendue depuis des mois par tous les partenaires sociaux commente son président, André Martinie. Elle représente une étape importante dans l’achèvement de l’encadrement de la profession qui attend cependant encore d’autres éléments clé comme par exemple un code NAF et une convention collective qui fixeront les derniers contours du portage salarial, permettant d’accompagner les professionnels autonomes dans l’exercice de leur savoir-faire ».

De son côté, Guillaume Cairou a demandé mardi à être reçu « au plus vite » par Michel Sapin pour échanger sur les conséquences de l’extension de l’accord paritaire du 24 juin 2010. Il n’est pas certain que se demande soit entendue.