Le portage salarial reconfiguré

Ce statut serait limité aux cadres, touchant une rémunération minimale de 2 900 euros par mois, selon l’accord signé en juin.

La loi du 25 juin 2008 avait donné deux ans aux professionnels concernés pour arriver à un accord qui sécurise leportage salarial. C’est la fédération de l’intérim (le Prisme), et non les syndicats du portage, qui était chargée desnégociations avec les syndicats de salariés. Un accord a bien été signé le 24 juin dernier par quatre syndicats sur cinq (sauf FO). Mais les sociétés de portage ont tout de suite dénoncé un accord «élitiste».
«En limitant le portage aux cadres, les signataires vont évincer plus de la moitié des professionnels », dénonce Baudouin des Courtils, président de la FeNPS (70% des entreprises du secteur).

L’accord fixe en effet la rémunération minimale à 2 900 euros bruts par mois. Par ailleurs, les sociétés d’intérim, qui ont désormais la possibilité d’exercer une activité de portage, ne pourront le faire qu’en créant une filiale dédiée.

Enfin, le texte maintient pour les «portés» un contrat de droit commun, CDI ou CDD. Reste à assurer la transcription de l’accord dans la loi pour une application en 2011. Une chose est sûre, les sociétés de portage s’intéressent actuellement à la cible des autoentrepreneurs. Les offres proposant de devenir «autoentrepreneur porté» fleurissent. Il s’agit bien d’offres commerciales, et non d’un nouveau statut, comme l’intitulé pourrait le laisser croire!

Source :   http://www.lentreprise.com/1/2/5/le-portage-salarial-reconfigure_23535.html