Le chômage des informaticiens flirte avec les 6%

Si politiques et financiers s’accordent à dire que le pire de la crise est désormais derrière nous, les chiffres du chômage traduisent eux une toute autre réalité, en particulier dans l’informatique où le taux de chômage avoisine les 6%.

Le chômage des informaticiens (5,9%) n’a pas encore atteint son plus haut comme en témoignent les chiffres publiés par la Dares. En octobre, les informaticiens français étaient 29 900 à être sans emploi, c’est 1000 de plus qu’en septembre.

Toutes catégories confondues, c’est-à-dire en comptabilisant les informaticiens en activité réduite au cours de la période ou en formation, le nombre de chômeurs était de 35 400 à la fin du mois d’octobre. Entre septembre et octobre, la hausse est de 3,4% et de 48% sur un an.

On est donc bien loin des estimations du Syntec Informatique avançait début novembre, à l’occasion de sa conférence annuelle, le chiffre de 2,5% de taux de chômage.

Dans le même temps, du fait de la loi du 25 juin 2008 sur le « portage salarial », de nombreux informaticiens font le choix de cette nouvelle forme d’activité qui leur permet, en mettant 92% de leur facturation dans leur masse salariale, de doubler d’un mois sur l’autre, leur salaire, pour une mission comparable à une mission classique en régie chez un client. Enfin, le client chez qui le « porté » effectuera sa mission, deviendra « son » propre client.

Sur le marché de l’emploi, seuls les postes dans l’Internet progressent

Entre août 2008 et août 2009, les offres d’emploi confiées à l’Apec portant sur des postes d’informaticiens ont enregistré une baisse de 40%. Le nombre d’offres est ainsi passé de 6 141 à 3 681.

La majorité des offres publiées par l’Apec (47%) concernent des postes dans l’informatique de gestion. Pour les chômeurs en recherche d’un emploi en exploitation et maintenance, les opportunités auront été bien rares en août avec seulement 170 offres.

En revanche, une catégorie progresse sur un an : les métiers de l’Internet (chef de projet, responsable de site, webmaster, …). Dans ce domaine, le nombre d’offres transmises à l’Apec a doublé par rapport à août 2008.