Des entrepreneurs français dénoncent le matraquage fiscal

Par Yann Le Galès le 19 juin 2012 15h50 |

 » L’investissement est un cercle vertueux! Ce que nous dit David Cameron, c’est stop à la démagogie! Il est temps que la France reconnaisse que les riches sont ceux qui investissent dans nos entreprises et continuent à faire croître notre économie », explique Guillaume Cairou, président-fondateur du Club des Entrepreneurs et PDG de Didaxis réagissant aux propos du Premier ministre britannique qui provoquent une polémique en France.
 » Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu, nous déroulerons le tapis rouge, et nous accueillerons plus d’entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni », a lancé lundi le premier ministre britannique devant une assemblée de dirigeants d’entreprise à Los Cabos (Mexique), en marge d’un sommet du G20. Il faisait allusion à l’intention du président français François Hollande de relever l’imposition des contribuables les plus riches.
Sophie de Menthon, présidente du mouvement Ethic, a elle aussi salué le pragmatisme britannique.  » S’il faut remercier David Cameron, ce n’est pas d’inciter les entreprises à fuir la France mais bien parce que sa déclaration provocante tombe au bon moment! » a -t-elle affirmé dans un communiqué. Tout en affirmant la volonté des entrepreneurs du mouvement Ehic de rester en France et en rappelant leur plaisir d’entreprendre, Sophie de Menthon constate que le premier ministre britannique  « enfonce le clou sur un constat que les Français refusent: les Etats aussi sont en concurrence, notamment fiscale, et ce même dans l’Union Européenne. L’annonce du matraquage fiscal de ces derniers jours touche et confond les sources de revenu, devenant un véritable répulsif à entreprendre en France. En bon gestionnaire de l’économie de son pays, le Premier ministre anglais a beau jeu d’ouvrir les bras ».
Un diagnostic partagé par Guillaume Cairou.  » Nous sommes loin d’être les plus compétitifs , notre industrie est loin d’être redressée et nous continuons de nous concentrer sur la stigmatisation de la réussite. Ne nous concentrons pas sur les 0,01% de foyers fiscaux les plus riches. Ayons plutôt comme objectif de multiplier la création d’entreprises en France », affirme le président-fondateur du Club des Entrepreneurs.
Sources :