De la mission à l’embauche ? par Christian Person

Une étude doctorale réalisée auprès des consultants d’une entreprise de portage salarial connue, montrait que, sur 6400 consultants portés, 3400 avaient retrouvé un emploi pérenne ou créé une entreprise. Si l’on ajoute à ce chiffre celui de ceux qui ont pris leur retraite et ceux qui ont développé une clientèle nombreuse, il semble bien que le portage salarial soit devenu un espace de transition entre le chômage et l’emploi pérenne.


Christian Person, PDG de Portage SI

Christian Person, PDG de Portage SI

Ces chiffres commencent à être connus, néanmoins, ils occultent le fait que de plus en plus de personnes aspirent à devenir autonome et à gérer eux-mêmes leur emploi du temps et ne plus avoir à demander une augmentation ou une autorisation d’absence. En réalité, beaucoup de freelances, et ils sont 15 000 dans l’informatique, se rendent compte qu’il y a plus de sécurité dans le fait d’avoir 5 clients qu’un seul employeur ! En effet, un employeur , n’est-il pas un client comme un autre et le CDI un contrat d’exclusivité ?

Un choix de vie

En réalité, la France est en passe de rattraper son retard par rapport à l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Australie, où des centaines de milliers de « self employed », réalisent des millions de missions. Les évolutions récentes de la législation sur le portage salarial viennent donner un cadre juridique à une évolution sociologique désormais dans les moeurs.

Pour conclure, mon expérience des entreprises du portage salarial et des consultants portés, m’amène à la conclusion que le portage salarial n’est pas une brêche de précarité ouverte dans un CODE DU TRAVAIL considéré comme un idéal de sércurité, mais une autre façon de vivre sa vie professionnelle et, pour certains, un espace de transition vers une destination vivement souhaitée : un poste en CDI, une création d’entreprise, l’acquisition de nouvelles compétences sur une mission choisie et négociée.

CP