Charles Fraysse : « un accord très réducteur qui ne correspond pas à la réalité du métier »

Voici le message que Charles Fraysse, co-fondateur de Sud Convergences et par ailleurs président de l’AVARAP06, a envoyé à ses « portés », message qui accompagne le communiqué de protestation de la FeNPS et explique bien la situation actuelle et ses enjeux.

« Le portage salarial existe en France depuis 1985. En 2005, et par simplification, le portage a été assimilé au Temps Partagé.

La Loi de modernisation du travail, dans son décret du 25 juin 2008, introduit officiellement la pratique du portage salarial dans le code du travail. Le législateur, par facilité, a confié au Prisme (syndicat des entreprises de travail temporaire), et par mandat exceptionnel et limité dans le temps, le soin « d’organiser » le portage salarial et d’aboutir à un accord avec les Syndicats.

Le Prisme a choisi de ne pas faire appel aux instances représentatives de la profession, dont la FeNPS, et de traiter directement avec les IRP dans lesquelles ne figurait aucun porté !

L’accord qui en résulte, après deux ans d’âpres discussions corporatives, est très réducteur et ne correspond pas à la réalité du métier. C’est pourquoi il est rejeté par la FeNPS, qui ayant maintenant les mains libres (le mandat confié au Prisme étant expiré), revient sur le terrain de la négociation directe avec les propositions relatées dans ce communiqué de presse.

En pratique, rien de changé dans les relations établies entre nous : nous continuons à fonctionner comme maintenant, en total accord avec la réglementation et les dispositions du Code du Travail.

Cependant, comme ce concept sert d’une part les intérêts des portés en particulier, experts et autonomes dans leurs métiers, et d’autre part ceux de l’économie en général, qui procède de plus en plus en mode « projet », nous continuons à être force de proposition pour que non seulement vous qui avez fait appel à nous, mais aussi tous ceux qui trouveront grâce à cela solution à leur justes revendications de renouer avec l’activité (demandeur d’emploi, indépendant surchargé par l’administratif, senior, futur créateur d’entreprise…), puissent travailler en toute sérénité.

C’est notre responsabilité sociétale, nous continuerons à l’exercer. Notre plus grande récompense est votre réussite ! »

sources : http://www.webtimemedias.com/sophianet/wtm_article56115.fr.htm